Sébastien Lespinasse




Sébastien Lespinasse est un poète qui écrit avec sa bouche et ses oreilles, attentif aux vibrations de l’époque et au grain des voix qui le traversent. Il pratique une poésie pneumatique qui perfore les métaphores, tisse étroitement les sons et les sens, construit des déséquilibres et rapproche des mises à distances. Il s’agit d’ouvrir des espaces où penser, vivre et souffler en déplaçant la logique des phrases et du sens. Toucher avec la langue. Devenir impropre dans un exercice partagé de développement impersonnel.



  • Traduire le Fantôme

    72 p., 17/22 cm, 12 €
    isbn : 979-10-97146-42-9

    Traduire le Fantôme est le résultat d’une expérience d’écoute menée dans la durée : comment recueillir la parole des fantômes – obsessions, refrains idiots, bribes de discours – qui nous hantent, comment lui donner forme, la transcrire en phrases, elle qui n’est qu’un balbutiement du devenir, un quelque chose qui reste, refuse d’être englouti dans le brassage quotidien et incessant des pensées flottantes.
    Refuser tout plan préétabli pour mieux se mettre à la portée de ce qui vient : accepter une rencontre, suivre le grain de ces voix presque sans paroles qui affluent, ménager ainsi des espaces entre les phrases.
    Plutôt que de frayer un chemin, poser résolument, "en conscience", des phrases les unes à côté des autres afin que le paysage se révèle hors-champ.

    Extrait :

    J’ai nagé à côté d’un pharaon à la piscine municipale.
    J’adore sa coiffe dorée.
    Entre deux virgules, oups, l’événement.
    Le plus souvent les gardiens de musée ignorent ce qu’ils gardent.
    Le temps efface plus qu’il accumule.
    Les bras des grues ont tendance à orienter mon regard.